Avec la Comédie de Picardie et Robert Benoît

Une fenêtre qui s’ouvre sur un monologue intimiste

Comme la tradition le veut depuis quelques années, les Transfrontalières s’invitent pour quelques spectacles, dans les environs de la commune. Mardi soir, juste avant Ohis, qui aura son tour mercredi, c’est Origny-en-Thiérache qui a accueilli l’une des créations proposées par la Comédie de Picardie. Dans cette bourgade ou le théâtre est devenu aussi populaire que le rotin, cette soirée était très attendue.

IMG_6687Même venus de loin, de Belgique ou de Marly-Gaumont pour d’autres le rendez-vous paraissait incontournable. Et il s’est avéré, d’ailleurs, que tous ces spectateurs, qui avaient su braver les frimas pour venir remplir la salle du premier étage de la mairie, avaient fait le bon choix.

Des plus originales, cette soirée se penchait sur l’œuvre autobiographique de Georges Simenon, alias le père de Maigret. Avec la publication de ces œuvres en 1972, dont « La lettre à ma mère », l’écrivain sortait définitivement de la fiction et des romans pour mieux, selon ses propres mots : « Se comprendre lui-même ».

 

C’est cette invitation dans une autre dimension littéraire qu’a souhaité reprendre Robert Benoît, en l’amplifiant à l’échelle d’un spectacle et dIMG_6684’une scène, et en le partageant avec le public. Plusieurs impressions dominent l’ensemble. Il y a d’abord ce voyage immobile mais parfaitement perceptible des Etats-Unis à cette chambre d’hôpital, de Liège à Lausanne, de la lumière à l’obscurité ou de la vie à la mort. Il y a encore ce même décalage entre une pluie de questions guidées par les souvenirs et le silence. Il y a enfin, présente comme une force incontrôlable cette volonté d’en savoir plus… De connaître la suite… S’il y a une suite ?

Pendant un heure et demie, le comédien semble conduire son public, le porter, l’inviter à la confidence ou lui révéler tout le poids du silence et du secret, la richesse, la plénitude ou le désert d’un vie, l’importance d’un héritage, d’une transmission, d’une marque familiale, avec un seul mot en trame de fond : l’amour partagé, enfin révélé, entre une mère et son enfant.

IMG_6694

A la fois intimiste, intense et prenant, ce spectacle révèle à la fois un autre Simenon et toutes les qualités d’un comédien.

Un ensemble d’originalités qui méritent l’attention.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :