The Flying Strings : un rock estampillé Picard

Fidèle à sa programmation, qui veut aussi ouvrir sa scène à des formations « montantes », la douzième édition du Festival de Jazz d’Hirson a eu l’honneur de recevoir un groupe picard qui revendique autant s’inspirer de la mouvance des Stones, qu’afficher son identité nordique.

Si les deux frères Alex et Nico Morel construisent leur musique depuis plus longtemps, le groupe, qui s’est constitué il y a quatre ans en est déjà à son second CD. Rejoints, à cette époque, par Max et Martin la formation est devenue « The Flying strings », pour justement prendre son envol.

_A9C1190Dimanche après-midi, en première partie de CharlElie Couture, leur originalité musicale a emporté le public de la salle Michel-Carpentier dans leur « style de Rock », marqué par une surprenante décontraction associée à une vraie application. Selon Alex : « Nous sommes des besogneux du Rock ». « Mam Rain », pour évoquer la Mousson, « Indian », pour un hommage à Raoni et à l’Amazonie, « Twenty Millions lives »… les titres se sont enchaînés, simplement interrompus par des applaudissements.

Avant de laisser sa place à CharlElie Couture, ce groupe picard a su montrer, dimanche, qu’il avait établi un vrai contact avec le public sur une scène que ces quatre musiciens ont qualifié, ensemble, de « très confortable ».

 

 FlyingStrings

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :