Daniel Rabier, un Gaulois

Fait d’humour et de poésie

_A9C6786

Grivois, vulgaire, irrévérencieux… mais jamais trash, décalé ou de mauvais goût. Pour le public qui avait encore fait le bon choix, lundi soir, de venir remplir la salle de l’Eden, dès l’arrivée sur scène de Daniel Rabier, le doute n’était plus permis.

Des santiags noirs, un pantalon de cuir pour habiller près de deux mètres de verticalité et un visage. Tout en exprimant globalement une vraie force décapante, il utilise deux grands yeux dont le bleu ressemble par trop au bon élève. Pour offrir un plaisir de plus à sa maîtresse, il a bien rangé la classe… Mais voilà, guitare en bandoulière, le géant parle et chante.

_A9C6838

Chansons courtes, chansons longues… Histoires courtes, histoires plus longue… Après une petite mise au point avec le public le feu d’artifices de mots et de jeux commence. Le code est simple : bras en l’air, l’artiste demande s’il faut continuer. La réponse unique et unanime : « Une autre !!! ». Elle s’offre alors deux récompenses : le temps de digérer l’histoire courte ou la « comptine » qui vient de s’achever – Est-il possible d’écrire comptine ? – et surtout le plaisir de prolonger ce moment partagé avec l’artiste, en attendant la suivante.

Côté public, aucun problème, l’adhésion et la participation sont immédiates et totales. Soutenir les refrains d’un « Préservatif » lâché sans aucune nuance. Mais en détaillant chaque syllabe. Où poser le rythme d’un blues d’un « Boogy – Boogy – Zoby »… qui osera encore dire après cette démonstration que les Thiérachiens ont un abord un peu froid. Personne ! Où alors, il ment.

Quelques brèves du genre « Jeannne-d’Arc s’est éteinte bien longtemps après sa mort », « Il y a sûrement des différences entre un nain et un noir, à l’exception d’une distance : sept centimètres précisément… », « Si l’on s’embrasse à la Saint-Ignace… », devinez ce que l’on fait à la Sainte-Ursule ? « Oui », incontestablement « Oui », l’artiste est un Gaulois qui sait être grivois. Mais avec un réalisme qui tue et extermine toute vulgarité.

_A9C6771

Un mot : « Merci », pour cette soirée de rires partagés.

Post-scriptum : il paraît que Daniel Rabier revient en Thiérache pour le «Festival du rire» de Vervins. A ne rater sous aucun prétexte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :