Les Transfrontalières invitent à la danse…

Et font salle comble.

_A9C7857

Décidément, et en l’occurrence avec l’aide du Festival mondial de Saint-Gislain, spécialiste dans le domaine, les Transfrontalières, à Hirson, ont également profité du déplacement de ces troupes de danseurs et comédiens, en Europe.

De l’Afrique du Sud avec les ballets Pelepele venus du Swaziland, dans une très originale association danses et polyphonies, à l’Amérique du Sud avec le Ballet national de La Paz, venu de Bolivie, les frontières se sont encore ouvertes pour partager une forme d’art pour laquelle le public a confirmé son attachement. Qu’il s’agisse du jeudi ou du vendredi soir, dès 20 heures pour un spectacle prévu à 20 h 30, la salle de l’Eden affichait complet.

_A9C7897

« Une autre forme d’écriture de la vie de tous les jours », « Une autre image offerte à propos de rites ancestraux »… les deux qualificatifs paraissent adaptés mais malheureusement ne représentent en rien toute la force, la grâce, les rythmes, la cohésion… les nombreuses qualités affichées et démontrées par ces groupes.

_A9C7873

_A9C8432_A9C8140

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec l’Afrique du Sud, incontestablement l’énergie dominait au milieu d’une cohésion et d’une unité impressionnantes suivant immédiatement une image paraissant virtuelle de chahut mal organisé.Du côté des chants, sans identifier parfaitement nos pupitres classiques allant des sopranes aux basses, il suffisait d’écouter, de profiter du caractère souvent répétitif de ces variations pour en identifier toute la richesse, de basses affirmées à des sopranes devenues chants d’oiseaux. Après ou avec les ballets, une autre émotion semblait exploser.

Dans le même objectif de reproduire les évènements de la vie courante, l’ensemble bolivien Bafopaz, exprimait la même énergie mais toute en contrôle, en élégance et dans une chorégraphie confirmée. Si la richesse des costumes masquait, là, la couleur des peaux. Si les « IIIIh » remplaçaient les « YouYous » et si les musiques au son des mêmes tambours s’organisaient plus autour de la flûte que du xilophone, l’ensemble de ces deux démonstration venues de l’hémisphère Sud exprimait énormément de similitude, dans le sourire, le plaisir partagé avec le public et le bonheur évident de se produire sur scène.

_A9C8319(1)

Des attentions auxquelles les spectateurs des Transfrontalières ont rendu hommage à la hauteur de leur participation à ces deux soirées exceptionnelles. Elles n’ont d’ailleurs pas été les seules.

_A9C8495

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :