14ème FESTIVAL DE JAZZ – L’AMBIANCE MONTE DE DEUX CRANS.

14ème FESTIVAL DE JAZZ.

L’AMBIANCE MONTE DE DEUX CRANS.

Après une ouverture, devenue presque traditionnelle, au Sonhir, dans le cadre d’une soirée concert projection, la 14ème édition du Festival de Jazz a pris ses quartiers, hier soir, dans la salle de l’Eden.

En invités de ce second rendez-vous, l’ensemble vocal « Atout Chœur », venu de Chimay, offrait une première en Thiérache de l’Aisne, avant une formation locale : l’ « Orchestre d’harmonie de la ville ».

Probablement les prémices à nouveau confirmés d’un excellent cru, la salle de l’Eden affichait complet. Les deux ensembles avaient, sans se concerter, décidé de raconter une histoire en proposant un voyage dans le temps et l’espace en utilisant la musique comme fil conducteur.

Les choristes d’Atout Chœur, ils sont plus de quarante répartis en quatre pupitres, annonçaient la couleur avec « Ca sert à quoi » et Maxime Leforestier. Dans une belle fusion des timbres de voix, la mélodie semblait absorber toute l’attention du public, avant de se lancer dans « Voyage en Italie » des plus originaux. « La mer », en version traditionnelle puis Jazzy annonçait un départ au-delà de l’Atlantique pour entrer dans le monde du Gospel. L’ambiance ne faisait que grandir en intensité, soutenue par une équipe technique qui soignait le son en apportait un brillant supplémentaire dans le choix des lumières. Un petit tour dans « Le jardin d’hiver » de Salvador, avant un final sur « Happy day ». Atout chœur avait démontré la force et la qualité de son savoir-faire. Le festival de Jazz venait de s’enrichir d’une nouvelle originalité.

Quelques instants seulement étaient nécessaires pour laisser la scène à l’Orchestre d’harmonie. Le rythme avait été donné à cette soirée. Les choses allaient rondement. Sous la direction de Julien Porcher les titres s’enchaînaient. De Glenn Miller et « In the Mood » à Guershwin et « An American in Paris », la première partie de ce second concert reprenait un ton Outre-Atlantique qui allait même s’élargir avec « Tequila », puis revenir aux classiques avec « The Pink Panther »… Rythmiquement l’Orchestre d’harmonie affichait une nouvelle et très pertinente solidité. Tout en confirmant le public dans ce style à la fois classique et novateur du Jazz et de l’improvisation. Cette nouvelle édition, la 14ème du genre, le Festival a déjà affirmé son identité dans la commune et même plus largement à en juger par la diversité du public présent.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :