PREMIER CONCERT DU PREMIER PRINTEMPS MUSICAL DE KIT ARMSTRONG, UNE PROMESSE DE SUCCÈS CONFIRMÉE.

 

 

PREMIER CONCERT DU PREMIER PRINTEMPS MUSICAL DE KIT ARMSTRONG, UNE PROMESSE DE SUCCÈS CONFIRMÉE.

Dans le domaine de la musique, comme ailleurs, la vie semble faite de rencontres. Certaines pourraient paraître fortuites. Mais s’il faut se pencher sur leur devenir, l’effet de surprise, s’il est présent, n’est pas le plus fort. La qualité du résultat provoqué par ces associations, suffit à elle seule, à les pérenniser et à souhaiter les voir durer.Lundi soir le concert, premier du projet, organisé dans l’enceinte de l’ancienne église Sainte-Thérèse, dans le cadre du premier « Printemps musical de Kit Armstrong », réunissant le jeune pianiste virtuose et Renaud Capuçon, un autre virtuose, mais du violon, en est un exemple frappant.La première rencontre a eu lieu en 2012, entre Kit Armstrong et l’église Sainte-Thérèse, elle-même. Dès cette date, une sorte de complicité est née entre l’artiste et le monument « Art-déco », promis au début du XXème siècle à devenir le « Lisieux » de Thiérache, puis à la destruction… Mais qui s’est, depuis, trouvé une autre vocation.

En 2012 et 2016, il faut sûrement parler d’une autre rencontre avec le retour du public hirsonnais, dans son « église » d’abord, puis pour la musique, ensuite et depuis cette date, dans une « salle de concerts ». Pour des « Portes ouvertes », en première intention, et un ensemble de rendez-vous, avec Margarita Höhenrieder au piano à quatre mains, avec le quatuor Sczymanowski et les choristes du Conservatoire… d’autres dates étaient tout autant porteuses de succès, avant de nouveaux projets.En janvier 2016, Renaud Capuçon était lâché par son pianiste au moment de son Festival d’Aix-en-Provence. Kit se proposait pour « dépanner ».

Depuis, une véritable complicité est née entre les deux artistes. Après six concerts, dans des salles prestigieuses ou sur le « petit écran », cette complicité est devenue une véritable fusion. Lundi soir, le public venu assister à ce concert a été unanime pour le constater.Dans une église comble qui avait malheureusement dû refuser l’entrée aux retardataires, les deux virtuoses avaient choisi d’interpréter Mozart. Et pourquoi pas, connaissant la finesse, la malice et la truculence du génial compositeur à « jouer » avec ses œuvres. Pour les quelques cinq cents « chanceux » réunis dans l’ancienne église, les sonorités proposées, tout autant que les images ont eu quelque chose de rare.

Mozart et quatre sonates, c’est ainsi que s’ouvrait la « carte » de cette soirée qui s’affichait, dès l’entrée comme une véritable « dégustation ». La première, en fa majeur K 376, puis la seconde, en mi bémol majeur K 380, la troisième en sol majeur K 379 et enfin la quatrième, en la majeur K526, sont devenues au fil des notes, des portées et des mouvements autant d’arguments pour afficher une surprenante entente entre les deux interprètes avant de s’affirmer comme une réelle fusion, une symbiose ou une synergie à laquelle, le public, invité très cordialement, participait.

Un regard, une inclinaison de tête, un changement de rythme ou une accentuation partagée du bout du pied, d’un forte sur le clavier ou d’un mouvement d’archer… tout paraissait prétexte à afficher ce plaisir de partager l’interprétation d’une œuvre magistrale, mais également un jeu. Tout au long de cette soirée, le sourire de l’enfant prodige ou le côté « décalé » du compositeur, à l’image des productions « Amadeus » ou « Mozart l’opéra », était aussi prétexte à la virtuosité, l’humour ou le jeu. Y compris, voire surtout,  dans l’andante con moto de la sonate en mi bémol repris en « bis » par les deux artistes après une « standing ovation » qui a vu consolider et conforter cette fusion entre les deux virtuoses et réellement avec un public plus que conquis.

Lundi soir, le « Lisieux » de Thiérache a fait son entrée officielle, parrainé par Kit Armstrong et Renaud Capuçon, dans le club très fermé des grandes salles de concert de l’Hexagone. Par la même occasion le premier « Printemps de Kit Armstrong » s’annonce déjà sous les meilleurs auspices. Une chose, déjà, est sûre. Les amateurs vont surveiller avec attention les prochaines dates… Pour ne pas les rater.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :