GUITARES EN PICARDIE PLUS QUE JAMAIS UNE INVITATION AU VOYAGE.

GUITARES EN PICARDIE PLUS QUE JAMAIS UNE INVITATION AU VOYAGE.

Depuis 2004 et le premier concert proposé dans le cadre des Rencontres Transfrontalières par l’association « Mondial Guitares », la variété, la diversité et la richesse de cet instrument ont eu à de nombreuses occasions, la possibilité de s’afficher.

Plus tard en créant le festival « Guitares en Picardie », cette offre s’est encore enrichie. Mais, mardi soir, dans une salle de l’Eden qui avait de nouveau fait le plein pour ce quatrième rendez-vous des Rencontres Transfrontalières, l’invitation au voyage était encore plus riche et plus belle.

En première partie de cette soirée, Frédéric Bernard, directeur artistique de l’association et responsable du Conservatoire de musique d’Hirson, avait convié un duo très original, celui constitué par Eric Franceries à la guitare et Jérémy Vannereau au bandonéon.

Les deux complices se sont découvert, aux côtés de belles affinités musicales,      un intérêt mutuel pour le tango de Buenos-Aires. Un peu d’histoire, beaucoup de complicité… les musiciens ont également offert beaucoup d’émotion au public en affichant leur bonheur de transmettre ce style, né au carrefour de la tradition créole et de la nostalgie des influences culturelles immigrantes.

Aux sources mêmes du Tango, la première partie de cette soirée proposait des mélodies : la « Pompeya », la « Kat’chaça » ou la « Payadora »… Puis des noms et des personnages décrits à travers les sonorités offertes : Astor Piazzola, Carlos Gardel… La découverte se voulait à la fois originale, précise et concrète. Le tout valait bien une « standing-ovation ».

En seconde partie l’orchestre des jeunes guitaristes de l’Aisne emportait le public dans d’autres mélodies dont un rare concerto de Vivaldi, avec une première partie confiée à Eric Franceries. Ni les jeunes musiciens, ni le maître n’ont boudé leur plaisir en approchant cette œuvre et en la partageant avec le public.

En toute fin de concert, il était possible de répondre à une question qui se dessinait sur les lèvres depuis le début de la soirée : « Comment parvenir à trouver, enrichir et multiplier un public pour une onzième édition de Guitare en Pircardie ? ».  La conclusion s’affichait en toutes lettres : « associer, conserver et même améliorer l’originalité et le choix du programme, tout en resoectant une exceptionnelle qualité d’interprétation… »

Rendez-vous en 2018 !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :